Cette rubrique est dédiée chaque mois à une des personnalités de la communauté des météorites. Ce mois-ci, nous sommes heureux d'interroger Pierre-Marie PELE

Qu'est-ce qui a déclenché votre intérêt pour les météorites et quand avez-vous eu votre première météorite ?

Quand j'étais tout jeune, je m'intéressais aux fossiles, aux minéraux et à l'archéologie. En 1992, à 22 ans, je me rendis comme chaque année au Salon International de Minéraux et Fossiles à l'Hôtel Saint-Jacques à Paris. Alors que je me baladais dans les allées, je vis Robert A. Haag. Je le connaissais très peu, uniquement par l'intermédiaire d'un reportage à la télévision. Il avait un stand dans le Salon et vendait de magnifiques météorites ainsi que son "Field Guide of Meteorites”. J'étais impressionné par ce personnage. Il ressemblait vraiment à une rock-star. Robert me dédicaça un exemplaire et c'est ainsi que je découvris le monde fabuleux des météorites. Je rangeais alors son guide dans ma bibliothèque. Plusieurs années passèrent avant que je ne l'ouvre à nouveau. C'était en 2001. Je me replongeais dans ce guide et lu avec attention les anecdotes et récits d'expéditions de Haag. C'est ce qui me décida à collectionner et à rechercher des météorites.

Quelle fut votre première météorite ?

Ma première météorite fut une Sikhote-Alin de 65 grammes. Je sais qu'il s'agit d'une pièce ordinaire mais j'étais vraiment fier de posséder un objet venu de l'espace. Je l'avais acheté en 2001 à Paris à un vendeur russe.

La possédez-vous toujours ?

Non, je l'ai revendue il y a quelques mois pour acheter une Sikhote-Alin avec un trou. Je n'aime pas avoir de météorites semblables et je revends toujours mes doubles.

Avez-vous certains centres d'intérêts précis (lamelles fines, photographie, pétrologie, datation, etc...) ?

Non, je m'intéresse à tous les aspects des météorites. J'écris actuellement un ouvrage sur les météorites françaises qui paraîtra durant le premier semestre 2004. Chaque météorite y est décrite d'un point de vue historique, scientifique. On y trouve des cartes, des photos exclusives, la bibliographie, ainsi que des indices pour découvrir peut-être d'autres fragments sur le terrain. Je vous invite à visiter mon site internet pour être informé de sa disponibilité : www.meteor-center.com  .

Votre famille partage-t-elle votre intérêt pour les météorites ?

Pas du tout ! En revanche, j'ai deux collègues de travail qui ont la même passion et nous allons organiser ensemble des campagnes de recherche. Nous nous rencontrons régulièrement.

Quelle est votre approche pour votre collection (collection par type, esthétique, par pays...) ?

Je collectionne toutes sortes de météorites, en particulier celles qui sont difficiles à obtenir ! Parce que je vis en France, je souhaite posséder chaque météorite française disponible sur le Marché. C'est maintenant quasiment chose faite. Mais je désire également posséder une météorite pour chaque groupe et sous-groupe de la classification. Je suis de plus en plus déçu par les NWA, surtout quand l'on connaît avec quel manque de sérieux elles sont récupérées... Je collectionne désormais uniquement les NWA de types rares (achondrites, SNC, mésosidérites...) ou de très faible poids total. Ceci dit, il existe de magnifiques chondrites NWA avec une belle croûte de fusion.

Pouvez-vous nous dire le nombre de localisations présentes dans votre collection ?

Je possède environ 200 météorites appartenant à 64 types différents. Elles représentent environ 120 localisations géographiques différentes si je compte les NWA, DAG et autres Sahara.

Est-ce que votre collection est exposée ou conservée dans des boîtes anti-humidité ?

Je conserve toute ma collection dans une vitrine. Les micro-montages sont rangés dans des boîtes à membrane ou dans des boîtes Riker. J'évite autant que faire se peut de trop nombreuses manipulations.

En quoi l'informatique vous rend-elle service pour les météorites ?

J'utilise mon ordinateur dans plusieurs buts.
1. Pour acheter des météorites. J'achète la plupart d'entre elles sur eBay car on y fait souvent d'excellentes affaires. Mais j'achète aussi sur plusieurs sites Internet sérieux.
2. Pour rechercher des informations sur les météorites. J'aime bien connnaître l'histoire et la chimie des météorites que je possède. Toute ma collection est référencée dans une base de données.
3. Pour mettre à jour mon site www.meteor-center.com. J'y présente ma collection, l'actualité des météorites, des dossiers spéciaux (météorite de l’Aigle, chasse aux météorites en Espagne, l'expo Ensisheim 2003) mais on y trouve surtout la liste quasi-complète de toutes les météorites du monde.

Etes-vous chasseur de météorites ?

Jusqu'à récemment, je ne chassais pas les météorites car j'habite près de Paris et que les zones de chute sont assez éloignées.
Mais, en juin 2003, je me décidais à passer quinze jours dans le nord de l'Espagne. J'ai ainsi pu visiter un fantastique désert espagnol nommé les Bardenas Reales. Sur une surface de 1200 kilomètres alternent des paysages désertiques comme au Maroc, des canyons, des pitons rocheux qui rappellent immanquablement les Parcs Nationaux américains. D'ailleurs, plusieurs westerns y furent tournés. Il y pleut très peu chaque année. J'y ai découvert une magnifique chondrite de 750 grammes, recouverte à 95% de croûte de fusion. Alain Carion m'a aidé à la couper et il semble au premier abord qu'il s'agisse d'une chondrite L. L'analyse le précisera.
Je me rends également parfois sur la zone de l'Aigle, en Normandie, située à 120 kilomètres de mon domicile. Mais la végétation et le climat humide rendent presque impossible toute prospection systématique. Je projette de partir au Niger ou au Mali avec mes deux collègues l'année prochaine. Et également dans le sud de la France.

Quelle est votre météorite préférée dans votre collection ?

Ma météorite préférée est une belle tranche d'Ensisheim que j'ai acheté en 2003 à Ensisheim. Mais je possède aussi des pièces relativement rares comme Chassigny, Finmarken (une pallasite norvégienne, connue aussi sous le nom d'Alta), Barbotan. Et je possède aussi une pièce rarissime, un fragment de quelques milligrammes de la météorite de Henvic, tombée en Bretagne.

Quelle est votre favorite parmi toutes celles-ci ?

Je dirais qu'il s'agit d'Henvic car nous devons être moins de dix à en posséder au monde. Le poids total est de 19 grammes !

Qu'est-ce qui les rend remarquables ?

C'est la difficulté de les obtenir, surtout Henvic !

Quelles sont les prochaines météorites que vous souhaiteriez posséder ?

Esquell, Gujba, Calcalong Creek… Ma liste serait trop longue à énumérer ! Je me dois de posséder une belle tranche de pallasite et j'ai choisi Esquell car c'est la plus belle et qu'elle est très stable. Gujba est également magnifique.

Par quel moyen avez-vous constitué votre collection ?

90% des météorites que je possède ont été gagnées aux enchères sur eBay. C'est excitant de participer aux enchères, c'est comme un jeu. Et, très souvent, les prix sont attractifs. Je pense qu'eBay est le meilleur moyen de se constituer rapidement une belle collection, en achetant aux vendeurs sérieux. Mais attention aux arnaques. J'achète également des météorites pendant les bourses, non pas parce que les prix sont spécialement attrayants mais parce qu'on peut y rencontrer les personnes avec qui l'on a discuté le reste de l'année sur Internet.

Collectionnez-vosu également les roches liées aux météorites comme les verres lybiques, les tectites, les brèches d'impact, etc... ?

Je possède quelques tectites et impactites mais ce n'est pas une priorité pour moi. Je préfère consacrer mon budget à acheter des météorites.

Préparez-vous vos pièces ?

Non, je ne possède ni le matériel ni les compétences nécessaires. Je préfère laisser ce soin aux spécialistes.

Avez-vous pris certaines mesures pour protéger vos météorites ?

Pour le moment, mes météorites sont stables, hormis une Nantan achetée il y a deux ans et qui est très oxydée. Je vais devoir prendre des mesures prochainement.